Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) - Ille et Vilaine (35)
  • 1er mai à Rennes : Un premier mai des convergences.

    Cette année, pour le 1er mai, les habitant-es menacé-es d’expulsion du squat d’Estrémadure, ainsi que d’autres exilé-es comme celleux de L’Aubière (Thorigné Fouillard) ou de Maurepas (Rennes) ont fait entendre leur voix et leurs mots d’ordre dans le centre ville de Rennes, avec deux banderoles « Non aux expulsions » et « Préfecture raciste, personnes à la rue… RÉSISTANCE », en tête de manifestation, derrière le véhicule sono de Solidaires (que nous remercions), ils/elles ont été rejoint.es par des Gilets Jaunes.
    Cette manifestation appelée par Solidaires et relayée par nombre d’organisations (dont Rennes en lutte pour l’Environnement, AG des Gilets jaunes Tous Unis 35, NPA Rennes, l’union locale CNT, Sud PTT 35, Alternative Libertaire, la Fédération Anarchiste, FI....) a réuni plus de 2000 personnes pour fêter dignement le 1er Mai et revendiquer la justice sociale, fiscale, environnementale, l’égalité des droits entre toutes et tous, et le droit de manifester en centre-ville !
    Ainsi, gilets jaunes, exilé-es, syndicalistes, militant-es écologistes et personnels hospitaliers ont convergé et manifesté ensemble au départ de République.
    Le cortège antiraciste pour le droit au logement réunissant le Groupe Logement du 14 octobre, Un Toit c’est Un Droit, des militant.es du Collectif de Soutien aux Personnes Sans Papiers, le DAL, a défilé en criant des slogans revendiquant l’obtention de papiers et de logements pour touTEs et l’ouverture des frontières.
    Les exilé-es, se sont arrêté-es à la fin du parcours autorisé par la préfecture, mais un second tour est ensuite reparti de République...

    Ce deuxième tour s’est égrainé jusqu’aux Galeries Lafayette, là, un peu moins d’une centaine de personnes s’est postée devant les forces de l’ordre demandant à passer pour rejoindre le parvis de la mairie. Trois clowns militants ont tenté de détendre l’atmosphère avec un beau succès, moment cocasse et courageux, bravo !
    Un Gilet Jaune s’est adressé avec un peu plus de véhémence à un baqueux, il a été interpellé sans ménagement.
    Alors que les derniers manifestants qui tentaient de récupérer le camarade ont fini par se disperser calmement à l’approche d’une deuxième escouade de gardes mobiles, d’autres Gilets Jaunes se sont fait interpeller « discrètement » dans des rues en marge du regroupement. D’après les dernières infos il y aurait eu à ce moment là 5 interpellations pour outrage et refus de dispersion !!!

    Un autre moment cocasse :
    Quand le « chef de la police » voulant lancer les sommations d’usage a dû renoncer car son mégaphone ne fonctionnait pas ! Ils ont des grenades mais manquent de piles !